Samedi 21 Juillet

Le samedi soir, la soirée promet d’être magique !

21 H – IAN DAYEUR chante FERRAT

Grande nouveauté : pour la première fois nous avons fait appel à un artiste pour une création autour de Ferrat spécialement conçue pour vous. Ian Dayeur est l’heureux élu qui va assurer cette fameuse et très attendue première partie du samedi soir qui, pour votre plus grand plaisir, sera plus longue que d’accoutumée.

Ce musicien hors pair a vécu son enfance dans le village homonyme d’Entraigues (sur la Sorgue) et a été bercé par notre poète disparu grâce à sa mère qui l’écoutait en boucle. Avec respect, originalité et sensibilité, il s’approprie l’œuvre de Jean au travers de son propre prisme artistique et travaille sans relâche depuis septembre avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir… et à entendre

Il revisite, avec une grande fraicheur, une quinzaine de titres dont certains n’ont jamais été repris sur scène et qui vont générer de jolies surprises !!!

Vous allez donc vivre cette année une vraie redécouverte de l’univers de Jean Ferrat grâce à une prestation totalement inédite qui marquera à coup sûr les esprits et le festival. Nous remercions très sincèrement Ian de nous offrir son talent doublé d’une implication totale dans ce projet, pour son travail colossal et pour son engagement sans faille qui lui vaut quelques jolies nuits blanches. Un immense merci aussi à ses talentueux musiciens et leur investissement passionné pour que cette première partie Ferrat soit inoubliable.

 

22 30H – FRANCOIS MOREL 

C’est un grand honneur pour nous de recevoir en tête d’affiche le samedi soir François MOREL. Il nous présente son dernier spectacle « la vie » (titre provisoire.

« Raconter des histoires, encore et toujours.
Qu’est ce que je peux faire d’autre? (Je ne sais pas quoi faire d’autre…)
Ce serait le spectacle qui viendrait juste après la fin du monde.
Raconter des histoires, mais cette fois-ci en chansons.
Plaisir de la musique et surtout des musiciens.
Antoine Sahler, harmonisateur en chef, accompagné de Sophie Alour au saxo, Muriel Gastebois et Amos Mah.
On ne change pas une équipe qui gagne (à être connue).
Traquer l’émotion toujours et sans répit.
La voix d’Amalia, une valse sentimentale, une vieille dame sur un banc philosophe le temps de reprendre sa respiration…
Chanter, rire, pleurer, se consoler.
Juliette dirigerait les opérations avec le sérieux d’une Générale d’Artillerie dans un bac à sable.
On ne change pas une équipe qui gagne (du temps) à se connaître ».

François Morel
Avril 2015

TELERAMA : Accompagné du fidèle complice Antoine Sahler au piano, et de trois pluri-instrumentistes, voilà le comédien-chanteur en crooner intemporel sous sa boule à facettes, nous révélant un kaléidoscope de chansons comme une touchante et authentique collection d’ex-libris du grand livre de l’existence. Tendres, mélancoliques ou franchement poilantes – irrésistible Petit Jésus tu m’as déçu –, on se régale des mélodies composant ce récital aux couleurs jazz, mis en scène par Juliette sous la forme d’un hommage facétieux au music-hall.

:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RESERVER VOS PLACES